The Black Angels – Death Songs

Pour ceux qui regrettent les sixties, ou tout simplement pour les experts en Rock, le titre du nouvel album des The Black Angels, « Death Song », est un clin d’œil pas du tout dissimulé au Velvet Underground. Ce groupe des années soixante, pionner du Rock psychédélique, est l’un des modèles des The Black Angels. Jusqu’à quel point ?

Pour ceux qui regrettent les sixties, ou tout simplement pour les experts en Rock, le titre du nouvel album des The Black Angels, « Death Song », est un clin d’œil pas du tout dissimulé au Velvet Underground. Ce groupe des années soixante, pionner du Rock psychédélique, est l’un des modèles des The Black Angels. Jusqu’à quel point ?

 

Indubitablement, le dernier album des The Black Angels, formé à Austin au Texas en 2004, rappelons-le, se classe clairement dans cette lignée. Pour leur cinquième album studio, le groupe américain nous propose un Rock psychédélique pur jus.

Mais en quoi consiste ce genre de musique vous demanderez-vous ? Quelles en sont les normes, les codes ? Et bien il suffit de vous imaginer la musique parfaite que vous écouteriez durant vos trips sous acide, et vous avez la réponse. À partir de là, je pense que nous avons tous une idée de ce que ça implique, mais plus sérieusement, ce bon vieux Wikipedia nous dit que « ce mouvement est caractérisé par une construction rythmique peu complexe et hypnotique, des mélodies répétitives et pénétrantes, des solos instrumentaux longs et tortueux, modelés d’effets sonores tels que la distorsion, le tout dans des morceaux généralement longs », aidé en cela par des guitares électriques aux effets distordants et des synthés. Parfait pour planer quoi. Le concept est donné dès la première chanson de l’album, Currency, qui rappelle les années flower power mais en plus, comment dire, « baveux ». Vous verrez.

« Death Song » vous emportera, indubitablement. La voix du chanteur Alex Maas est pleine d’émotions, et fait penser par moment à celle de Bob Dylan. Il arrive à donner des variations impressionnantes à sa voix, à véhiculer la douleur qu’il ressent, la profondeur de ses émotions. Tout n’était que passion brute dans les années 1960, la génération de l’après-guerre, celle du Vietnam, voulait un autre monde, et cracher sur le leur. On retrouve tout à fait cet état d’esprit dans « Death Song ». Parfois, le chanteur ne fait qu’accompagner la musique, se noyant dans le flot, dans la folie créatrice du groupe, parfois, c’est lui qui prend le devant de la scène, comme dans Half Believing.

Malgré de subtiles variations de rythmes, l’idée reste la même d’une chanson à l’autre. Ne vous y trompez pas, il vous faudra plusieurs écoutes pour entraîner votre oreille à faire la différence entre les morceaux, qui de prime abord se ressemblent tellement. Au final, il va falloir aller chercher le trésor que chacun d’entre eux recèle, tant ils se dénudent au fur et à mesure, par exemple, I Dreamt véhicule des sonorités qui me font penser à l’Égypte Ancienne, allez savoir !

Après tout, The Black Angels, c’est comme avec le LSD, chacun se fait son propre trip. Bon voyage !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s