Logan : un épilogue à la hauteur du plus célèbre des mutants?

Après neuf films de bons et loyaux services, le Wolverine de Hugh Jackman tire sa révérence. Logan est à la fois un point final à l’histoire du personnage, mais aussi à la première saga des X-Men qui a débuté en 2000, temps obscur du cinéma où tout était alors à construire.

Que le temps passe vite ! Rends toi compte, certains lecteurs, toi peut-être, n’étaient même pas nés quand Hugh Jackman interpréta pour la première fois à l’écran l’un des X-Men les plus emblématiques. Wolverine n’était pas spécialement le plus célèbre et le plus apprécié à cette époque, à jeu égal par exemple avec Cyclope ou le Professeur X, mais les films l’ont carrément mis sur le devant de la scène. Logan est le troisième film entièrement centré sur Wolverine après le pas si mal The Wolverine, et le tout dernier film de la saga X-Men après le moyen X-Men Apocalypse. Ici, nous assistons clairement à la fin d’une ère, et vous êtes heureusement en vie pour assister au dénouement. Cela valait-il le coup de se forcer à survivre jusque là ? Éléments de réponses.

 

Une histoire atypique dans l’univers des super héros

 

En le visionnant, on oublierait presque que Logan est le tout dernier opus d’une lignée de films où des bonhommes en costumes colorés font des lasers ou contrôle le métal. En effet, l’œuvre ici se concentre quasi-exclusivement sur les derniers moments de Wolverine : alors qu’il survit avec Charles Xavier et Caliban quelque part au Mexique en 2029, le film nous fait comprendre que le temps des mutants est terminé, et que ces trois là ne sont que les vestiges d’un passé révolu. Logan travaille comme chauffeur, afin de réunir assez d’argent pour soigner un Professeur X vieillissant et malade, mais aussi pour pouvoir se payer à terme un passage vers l’océan. Le prof étant sujet à des crises de télékinésie assez fortes, qui peuvent tuer, leur plan est de vivre au milieu de nulle part afin d’éviter des pertes humaines.

C’est dans ce schéma qu’apparaît dans leur vie la petite Laura, ou X-23, une petite fille qui possède étrangement les mêmes aptitudes que Logan, à savoir les griffes et le pouvoir de guérison. Dans une époque où les mutants sont quasi-éteints, l’apparition d’une nouvelle génération suscite bien des convoitises, et Laura se retrouve forcément traquer par des gens mal-intentionnés. Bon gré mal gré, Logan prend sur lui de la protéger, et s’ensuit un road trip au cœur des États-Unis pour la mener en lieu sûr.

 

Une aventure humaine touchante…

 

Le schéma est donc différent que ce que nous avons connu jusqu’alors dans les films de la franchise X-Men. Pas de grand méchant qui veut détruire la Terre, pas d’équipe soudée face à l’adversité, même pas de collants flashys… Ici c’est l’histoire de Logan, un Logan vieux, déprimé, affaibli et malade, qui va devoir se lancer seul dans un dernier combat. L’apparition de cette jeune fille qui lui ressemble va le pousser à se surpasser : le lien qui se créé entre les deux est ainsi bien retranscrit à l’écran, et nous permet de constater une fois de plus que Logan a un grand cœur derrière ses airs de dur à cuire. Pour le coup, il est intéressant de voir une œuvre de super héros centrée sur l’humain, surtout quand il s’agit de la dernière aventure du grand Wolverine. De fil en aiguille, les enjeux pour lesquels il se bat vont s’élargir, pour un final magistral digne de sa légende. Je vous laisse savourer.

Quelques bémols toutefois : peu d’informations nous sont données sur ce qu’il s’est vraiment passé entre ce film et les événements décrits dans The Days of Futur Past, et nous nageons malheureusement en eaux troubles (mêmes si quelques indices sont donnés). Pareillement, comme dans beaucoup de films Marvel, les méchants sont oubliables (sauf un dont le concept est bien trouvé), et ne servent qu’à donner un prétexte au combat. Mais bon, on s’en remettra.

La condition du personnage fait superbement écho à celle de son alter écho Hugh Jackman. L’acteur est lui aussi vieux (toutes proportions gardées), et est atteint d’un cancer de la peau. Il s’est forcé à rempiler une dernière fois pour le rôle du mutant, afin de d’offrir une conclusion correcte à ce personnage qui lui colle maintenant à la peau, un personnage auquel il a su donner toute sa justesse au cours de ses nombreuses apparitions à l’écran. Cette fois-ci plus que jamais, où on sent clairement qu’il met vraiment tout son cœur à l’ouvrage. Il vit ce Wolverine, vous verrez.

 

Mais sanglante!

 

Attention ! Le film est vraiment gore. Hugh Jackman lui-même à renoncer à une partie de son salaire (que l’on estime tout de même assez conséquent, ne t’inquiète pas) pour que la ratification du film soit relevée. C’est à dire qu’aux États-Unis, le film est interdit en salle aux moins de 17 ans non accompagné. Ils ont donc pu se lâcher sur les scènes d’actions, et ça se voit ! Ça découpe, ça saigne, ça saute, ça hurle dans tous les sens ! X-23 est une vraie furie, et rend parfaitement hommage à son alter égo griffu, prête à reprendre le flambeau d’une nouvelle génération. Les deux se coordonnent parfaitement dans une danse sanglante et mortelle. Vraiment, la violence est crue mais pas dégueulasse, juste très à propos par rapport aux personnages et à leurs vécus. Cependant, si tu es un peu sensible, je te conseille de te préparer. Je dirais que le film est aussi sanglant que 300, sauf que là nous sommes vraiment au plus proche de l’action, et qu’il n’y pas de filtres colorés bizarres.

 

Une production aux petits oignons

 

Le film fait la part belle aux clins d’œils aux précédents opus de la franchise, et au X-Men en général, des clins d’œils que les fans arriveront à noter sans peine. La bande son se veut volontairement mélancolique, (Johnny Cash, on pense à toi), tout en accompagnant l’action avec brio quand il le faut. Le film étant un road trip, les paysage se succèdent, et les grands espaces sont superbement affichés à l’écran. Cette production atypique donne une âme très particulière cet opus final.

Enfin, pour l’anecdote, notons que Logan est librement inspiré de l’excellent comic Old Man Logan, paru en 2008, qui retrace un monde issu d’un futur alternatif où les super-vilains ont finalement eu raison des héros. Dans cet univers post-apocalyptique et désertique, Wolverine est l’un des touts derniers mutants et héros en général, vieilli et retiré dans une ferme perdu au bout du monde. A la suite d’un différent avec Hulk, il est forcé de se lancer dans un road trip en compagnie d’un Hawkeye aveugle pour sauver sa famille. On retrouve ici en substance le concept du film.

Bref, Logan, à voir absolument ! Vraiment, je ne vois pas trop ce qui pourrait viscéralement vous décevoir dans ce film. L’histoire est touchante, les scène d’actions sont stylés et dynamiques, et de toute façon, c’est le point final d’une saga qui aura marqué l’histoire du cinéma. En plus, Hugh Jackman joue bien, et Wolverine est en soi un personnage classe. Je sais que tu aimerais toi aussi avoir les mêmes griffes que lui ! Qui ne le voudrait pas ?

5 réflexions sur « Logan : un épilogue à la hauteur du plus célèbre des mutants? »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s