Blade Runner 2049 : l’univers culte de Dick de retour sur grand écran!

La suite du film dystopique culte eu le droit à sa suite trente-cinq ans après.

Blade Runner Jérémy Potel

Nous le savons maintenant, la mode est aujourd’hui au sequel, reboot, et autres remakes. Manque flagrant d’originalité de la part de Hollywood, manque de prises de risques, volonté de faire découvrir des œuvres cultes aux nouvelles générations, de faire revivre des classiques ? Choisissez votre camp camarade ! Toujours est-il que nous avons eu le droit en ce mois d’octobre 2017 à la suite de Blade Runner, réalisé en 1982 par Ridley Scott: Blade Runner 2049.

Un pilier de la SF

Personnellement je n’ai pas vu le premier film (boooouuuh) mais j’ai lu le livre duquel il est inspiré. Le bouquin, écrit en 1976 par Philipp K. Dick, un grand nom de la science fiction, se nomme « Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? ». On y suit alors Rick Deckard en 1992 (c’était le futur à l’époque, les éditions suivantes situeront l’action en 2021), sur une Terre ravagée par une guerre nucléaire, peuplée en partie par des Réplicants, des androïdes à l’apparence humaine. Rick est un Blade Runner, un chasseur de Réplicants renégats, et doit dans le livre traquer et tuer certains d’entre eux. Le livre dépeint alors un monde bien triste, où tous les animaux ont quasiment disparus, et s’interroge grandement sur la nature humaine, en plaçant les humains en porte-à-faux avec les androïdes. Tout au long de l’ouvrage, on se demande si Deckard est un androïde lui aussi.

Le premier Blade Runner est donc l’adaptation direct de ce livre, dont je ne vais pas parler, mais plutôt évoquer sa suite.

Blade Runner 2046 suit les pérégrinations de K, lui aussi Blade Runner, à ce détail près qu’il est lui-même un androïde. Lors d’une mission de routine, il finit par découvrir les restes d’une Réplicante qui a été enceinte. Une telle découverte pouvant changer les rapports entre humains et androïdes, il est chargé de retrouver l’enfant et d’effacer toutes traces de cette histoire. Il va se faire de nombreux ennemis sur sa route, notamment la Wallace Corporation, qui veut mettre la main sur des informations à ce sujet, mais trouvera dans Deckard, une aide précieuse. K sera confronté aussi à sa part d’humanité, le menant à s’interroger sur sa nature.

Une réal magistrale

Ridley Scott cède sa place pour cet opus au réalisateur Denis Villeneuve. Le premier film plaçait Harrison Ford, qui joue toujours ici le rôle de Deckard, en rôle titre. Le second voit l’arrivée de l’ombrageux Ryan Gosling, qui campe K. Fidèle à sa nature laconique, il offre une bonne interprétation de ce que pourrait être un Blade Runner Réplicant (les Réplicants étant à la base dépourvu d’émotions). Le grand antagoniste ici, est Neander Wallace, interprété par un Jared Leto au top de sa forme ! Nous retrouvons aussi Robin Wright, dans le rôle du lieutenant Joshi, dont la carrière décolle depuis ses interprétions dans House of Cards. Nous noterons aussi l’apparition de Dave Bautista, catcheur reconverti dans le cinéma, dont le personnage de Drax fait des étincelles dans Gardiens de la Galaxie 2.

Blade Runner 2049 est un succès critique, mais est pour l’instant un échec au box-office. En première cause : sa durée, 2h43, qui a amené une limitation de projections, mais aussi qui a pu faire reculer les plus récalcitrants. Bien qu’étant un film de science-fiction, Blade Runner 2049 possède un univers et une réalisation particulière, il est en fait assez contemplatif, et possède peu de scènes d’actions. Celles-ci sont largement compensées par une présentation du monde : nombreux sont les larges plans sur les paysages, qui sont de toutes beautés. Cette ambiance de société impitoyable, post-apocalyptique est très bien rendue, on s’y croirait! La bande-son, à laquelle participe Hans Zimmer (le maestro de la saga Pirates des Caraïbes notamment), est elle aussi magistrale, et nous immerge complètement dans l’univers créé par Dick. Le seul bémol reste l’histoire, qui manque quelques peu d’originalité, de punch, bref, d’un peu de sel. On aurait aimé plus de dialogues entre les personnages. Enfin, bien que présent sur l’affiche, Harrison Ford a un rôle plutôt mineur, on comprend assez vite qu’il est là pour faire le lien entre les deux films, et aussi comme argument marketing.

Enfin bref, dans l’ensemble une très belle œuvre, qui a le mérite d’être originale et très bien réalisée. A voir !

5 réflexions sur « Blade Runner 2049 : l’univers culte de Dick de retour sur grand écran! »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s