Star Wars : The Last Jedi, le film le plus clivant du monde ?!

Le huitième volet de la saga intergalactique est paru en ce frais mois de décembre 2017. Troisième film de l’été Disney et second de la nouvelle trilogie, The Last Jedi a été un succès au box office. Mais que se cache-t-il derrière les paillettes ?

Notre podcast sur le film

Comme le reste du monde, nous avons un avis sur Star Wars : The Last Jedi, a présent que l’effervescence est retombée. Pour être le plus objectif possible, nous écrivons donc cette critique à froid, et , telle une éponge, telle le genkidama de Goku, nous allons prendre en compte les différents avis que nous avons glané autour de nous, car Star Wars appartient à tout le monde, et rassemble autant que divise.

Star Wars : The Last Jedi donc, huitième de la saga, successeur du déjà clivant Star Wars : The Force Awakens sorti en 2015, sous la supervision de J.J. Abrams et troisième film depuis le rachat de la licence par Disney, qui a récemment acheté la Fox, après Rogue One : A Star Wars Story. Comme la plupart des Star Wars depuis The Phantom Menace (qui, pour l’avoir revu récemment, a ses qualités), The Last Jedi est clivant. Et comme tous les Star Wars depuis The Phantom Menace (voire depuis les ewoks de Return of the Jedi), a son lot de détracteurs. À tort ou à raison?

Tellement d’acidité dans cet article

Et bien à raison. Star Wars : The Last Jedi est un mauvais Star Wars, voire un mauvais film tout court. L’euphorie post-visionnage fut de courte durée, disons le temps d’aller jusqu’à l’arrêt de tram.

Alors oui, certaines scènes sont belles et rendent très bien au cinéma, notamment l’explosion du croiseur de l’Empire (ou peu importe son nom). Mark Hamill joue bien dans le rôle qu’on lui a donné, et de manière inattendue, Adam Driver propose la meilleure prestation du film, alors qu’il était juste gonflant dans The Force Awakens. Rajoutons le combat contre les Gardes Rouges, et quelques beaux plans spatiaux, et c’est à peu près tout ce qu’il faut retenir du film.

Car oui, Ryan Johnson a décidé de donner un bon coup de pied dans la fourmilière starwarsienne et de casser les codes -un argument entendu et réentendu – sauf que nous, et bien on les aime bien, les codes (notamment le sacro-saint combat au sabre final, inexistant ici). Quelques bonnes idées cependant, comme le fait que Kylo sera finalement le méchant final, et que oui, on apprend que les rebelles font appels à des trafiquants d’armes et que la guerre c’est sale à travers l’arc du casino. Mais mis à part ça, il s’avère que le film ne raconte rien. Nous avons à peine une nouvelle exploration de l’univers, tant la majeure partie du film se passe soit dans des vaisseaux ou soit dans les huttes chez Luke.

Si la prélogie avait été accusé d’en faire trop sur le côté politique et de complexifier à outrance (un bon point selon nous), The Last Jedi prend exactement le chemin inverse. Exemple : au début de Attack Of The Clones, le postulat de départ est que des systèmes veulent faire sécession de la République, et qu’Anakin et Padmé se revoient pour la première fois depuis dix ans. A la fin de ce même film, la Guerre des Clones a débuté et les deux tourtereaux se marient. Un bon de géant dans la grande fresque qu’est Star Wars! Dans The Last Jedi, la situation est dans l’ensemble à peu près la même à la fin qu’au début, Snoke et quelques figurants en moins. Même Luke qui meurt à la fin n’a joué quasiment aucun rôle significatif dans le film, et encore moins dans la saga. Globalement, ce film ne sert donc à rien, on pourrait le gommer de la saga que la situation serait la même. Il y a même plus de nouvelles questions que de réponses à la fin, et tout ce que J.J. Abrams avait commencer à mettre en place retombe comme un soufflé.

Le Suprême Leader Snoke était une des bonnes idées de cette nouvelle trilogie, bien que calquée sur le modèle de l’Empereur. Son existence même fait soulever tout un tas de nouvelles questions : qui est-il? Comment a t-il eu ses cicatrices? Que faisait-il du temps de l’Empire? Comment a-t-il mis la main sur Ben Solo? Intriguant tout ça non? Et ben tant pis pour vous, car il meurt COMME UNE MERDE. Snoke est très puissant dans la Force, c’est un fait, mais il se fait avoir ridiculement, et meurt. Voilà. Alors nous avons entendu dire « oui mais l’Empereur on ne savait rien sur lui à sa mort », oui, c’est vrai, et c’était en 1983. Le public en attend plus aujourd’hui.

Tout l’arc avec Finn et Rose (qui est un personnage un peu pénible d’ailleurs), ne sert au final à rien pour la survie des rebelles. Ils essaient de faire une mission sauvetage en allant recruter un hackeur pour briser les codes de sécurité du croiseur de l’Empire, se font trahir, et échouent. Alors oui ok c’est intéressant de voir des héros échouer de temps en temps, ça rajoute du réalisme, mais là c’est STAR WARS ! Les gentils gagnent, et quand bien même, le temps d’écran aurait pu être bien mieux alloué ! En plus, tout ça à cause d’une Générale qui a décidé de pas dévoiler son plan à ses alliés..

 

Simspons KultureMania
On nous l’a fait pas !

 

Quelques points à éclaircir

  • Si on peut se servir d’un croiseur lancé à vitesse lumière comme d’une bombe, pourquoi ne pas l’avoir fait plus tôt?
  • Pourquoi Luke, qui n’a par ailleurs plus rien d’un héros, meurt après s’être projeté trois minutes via la Force?
  • Comment a fait Leia pour survivre dans l’espace (alors que là on avait une occasion pour faire disparaître le personnage après le départ de feu Carrie Fisher)?
  • Punaise, pourquoi Rey est aussi forte alors qu’elle s’est entraînée un week-end en méditant sur un rocher? Et d’ailleurs c’est quoi cette grotte où elle a des hallucinations?
  • Qui sont les Chevaliers de Ren du coup? S’agit-il des Gardes Rouges?
  • Pourquoi Phasma n’a-t-elle servie à rien dans les deux films?
  • La bataille finale ressemble à celle sur Hoth ou c’est que nous?

Enfin, tout ça vous le connaissez déjà hein. Nous allons vais juste finir sur le fait que Disney c’est quand même des petits filous, qui se cachent à peine pour faire de Star Wars une plus grosse machine marketing que ce qu’elle était déjà depuis quarante ans. Et vas-y qu’on te sort des pingouins tout mignons, des chiens de glace et autres chevaux en peluches. Et vas-y qu’on te sort des montres-jouets qui représentent la rébellion, des tirelires BB-8 et des Gardes Rouges en plastique. L’exemple le plus frappant reste quand Kylo détruit son masque au début du film, et oui c’est bon vu qu’il s’est bien vendu pendant deux ans.

 

the last jedi rey GIF by Star Wars
C’est pas pour ce que tu t’en sers..

En conclusion, nous n’irons pas voir l’Episode IX, parce qu’il faut montrer à Disney qu’ils ne sont pas les dieux du monde et qu’il faut arrêter de s’y croire. Quelques lueurs dans l’obscurité cependant : le IX sera repris par J.J. Abrams, qui somme toute reste un bon réalisateur, au moins de SF, et The Last Jedi s’est vautré au niveau des critiques spectateurs sur le net et semble faire moins d’entrées que The Force Awakens, il se stabilisera aux alentours de 1.4 milliard de dollars, tandis que l’Episode VII avait atteint les deux milliards. En partie un désaveu de la part des fans?

Prochaine étape, Solo, spin-off sur Han Solo. Nous sommes moyennement motivés à KultureMania, pour tout vous dire..

11 réflexions sur « Star Wars : The Last Jedi, le film le plus clivant du monde ?! »

  1. Ah voilà un critique qui me convient à la perfection. Quelle déception en effet que ce patinage (artistique à la rigueur) de la saga étoilée ! Abrams avait pourtant relancé la franchise sur les chapeaux de roue, à peine freinée par un épisode flash-back très moyen à mon goût mais qui tenait sa place de spin-off (extension dispensable donc). Je vois en effet que les recettes s’en ressentent, ça ne m’étonne guère. Mais du coup, la tâche est rude pour JJ qui doit redresser le manche du Faucon, qui doit réparer la turbine après l’évaporation de toute intrigue (et de Mark Hamill par dessus le marché !)

    Aimé par 1 personne

    1. N’empêche en vrai je fais plutôt confiance à Abrams. Il a un certain talent dans la SF et semble être un fan de Star Wars. Il préfère rester dans les clous plutôt que de partir en sucette. Je trouve que c’est bon signe.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s