Avengers Infinity Wars : dix ans de travail bien utilisés ?

La pierre finale de plusieurs années de travail chez Disney pour créer un univers cohérent, accessible à tous, est enfin sur nos écrans. Cela valait-il le coup de survivre jusque là ?

Et bien et bien, du chemin a été parcouru depuis les lancements du Marvel Cinematic Universe (MCU) en 2008. Alors que Thanos nous a été annoncé plus ou moins directement selon les films, il apparait enfin en chair et en os, et se confronte à notre bande de héros, que nous avons appris à connaitre et à aimer. Il y a donc énormément de choses à dire sur Avengers Infinity Wars, alors accroche toi à ton slip, ça va durer un moment !

Déjà sérieusement hypé par le trailer, je n’ai pu faire que comme la plupart de mes compatriote âgés de 14 à 35 ans et aller au cinéma voir ce que ça donnait. Sans être un fan hardcore des Marvel, j’apprécie plutôt le MCU, tout comme les films issus de cette écurie sortis avant cette saga (les Spiderman de Sam Raimi notamment qui gèrent bien, même si ils ont pris un léger coup de vieux en comparaison de ce que nous avons aujourd’hui). Le MCU est capable du très bon – Captain America : First Avenger et Captain America : The Winter Soldier, Avengers 1, Iron Man 1 -, du moyen – Ant-Man, Doctor Strange, Thor – et du plutôt mauvais – Thor : The Dark World, Iron Man 2, Avengers : Age of Ultron… Ceci étant dit, nous devons reconnaitre que même les opus les plus faibles de la saga sont relativement potables à1 voir, et sont honorables sur bien des aspects. Ainsi, même si j’étais plutôt confiant quand à Infinity War, nous n’étions pas à l’abri d’un faux pas, Disney n’étant par ailleurs pas parfait non plus, à l’image de ce que nous avons vu avec Star Wars : The Force Awakens et Star Wars : The Last Jedi, qui sont passables au mieux (et clivant : des amitiés se sont brisées à cause d’eux).

No Spoil : Avengers Infinity War, dommage de passer à côté.

Globalement, le film répond à toutes ses promesses. Le scénario est le suivant : Thanos, plus que jamais déterminé à mener son plan à bien, se dirige vers la Terre pour récupérer les Pierres de l’Infinie qui lui manque. Deux entres elles sont aux mains des super-héros, ce qui fait que la confrontation est inévitable. Le bonhomme est plus que balaise, et nos protagonistes doivent se rassembler pour l’empêcher de réaliser ses sinistres desseins. Infinity War est la suite direct de Thor : Ragnarok et de Captain America : Civil War en terme d’intrigues reliées. Le film reprend là où Thor s’est arrêté, tandis que la configuration des Avengers est telle qu’elle est à la fin de Civil War. Il est de plus relativement important de regarder Doctor Strange avant et dans une moindre mesure Black Panther.

Compte tenu des enjeux et du nombre de personnages à l’écran, le film s’en sort tout à fait bien. Les protagonistes sont rapidement divisés en plusieurs groupes, et on saute des uns aux autres avec une étonnante facilité. Chacun à son rôle à jouer, et les intrigues s’entremêlent sans que ce ne soit bâclé ou prise de tête, ce qui aurait pu être le cas avec un projet de cette ampleur. Toutefois, la plupart des personnages n’ont que peu de temps d’écran, et il est clair que certains sont plus mis en avant que d’autres. De par les contraintes, l’intrigue avance rapidement, j’aurais l’occasion d’en parler plus avant dans la partie spoil, mais il aurait été préférable d’anticiper sur la quête de Thanos dans les films précédent, pour permettre un peu d’air ici. L’œuvre est clairement orientée action, et il y a ainsi peu de temps de pause à ce niveau là. Celle-ci est pourtant bien chorégraphiée et bien pensée, que ce soit au niveau des duels qu’on niveau des batailles plus larges.

Par ailleurs, comme tous les Marvel, le film comporte une bonne dose d’humour plutôt bien trouvé (j’ai pas tout compris car je l’ai vu en anglais sous-titré espagnol mais la salle rigolait à chaque fois, c’est sûrement un signe de bon gout) même si personnellement, j’aurais préféré moins de blagues et au contraire un ton plus dramatique. Ceci était évidemment couru d’avance, notamment avec les présences de Spider-man et des Gardiens de la Galaxie.

Graphiquement, nous voyageons aux quatre coins de l’Univers (il y a même une scène à Edimbourg !), mais à mon sens, les environnements auraient gagné à être plus détaillés et plus diversifiés. En exagérant à peine, ils résument à des ruines, des vaisseaux et la morne plaine du Wakanda. Heureusement, l’action est suffisamment dense pour que nous n’y prêtions pas forcement attention.

Les acteurs sont fidèles à eux-même, sans fausse note. Mention spéciale pour ma part à Benedict Cumberbatch, notre Sherlock favori (ce qui fait deux Sherlock dans ce film avec Robert Downey Junior d’ailleurs), à Tom « Peter Parker » Holland, qui est promis à une brillante carrière, à Mark Ruffalo, notre bon Bruce Banner, même si je préfère encore Edward Norton, ainsi qu’à Josh Brolin qui nous livre un Thanos convaincant alors même qu’il a la face réalisée en images de synthèse.

Pour terminer, disons que la fin est quand même inattendue et audacieuse, même si elle aurait pu l’être plus. En tout cas, elle a le mérite de lancer un nouveau suspens dans le MCU, pour la première fois, disons le, depuis Civil War.

shocked thinking GIF
Les trois jours après avoir vu le film

 

Ça va spoil ! Va au ciné et reviens !

Quel grand film ce fut ! Avengers : Infinity War a déjà brisé tous les records d’entrées, et c’est bien mérité, ne serait-ce que pour la trame mise en place durant toutes ces années qui trouve ici un premier point d’orgue.

J’ai déjà quasiment tout dit dans la première partie mais il me faut revenir sur certains points. Comme je viens de l’évoquer, l’intrigue avance au pas de course ! Il a fallu caler la rencontre des héros, la recherche des Pierres par Thanos et la bataille finale dans un film de deux heures et demi. Il aurait mieux valu anticiper sur les films précédents, en commençant à rassembler les équipes plus en amont. Faire apparaitre Thor dans les Gardiens de la Galaxie ou faire se croiser Iron Man et Doctor Strange au préalable aurait permis ici de libérer du temps d’écran. Pareillement, Thanos récupère cinq des six pierres dans le film. Peut-être se nombre aurait pu être réduit à trois par exemple : mettons par exemple seulement celles de la Terre ainsi que celle du Collectionneur, le résultat et les enjeux auraient été au final très similaire. Ce qui est fait est fait mais nous nous trouvons de fait directement dans le vif du sujet.

Certains personnages font quasiment office de figurants dans le film, du côté de la team Iron Man dans l’espace, tout le monde à grosso modo sa part, et encore les Gardiens sont absents à part Gamora et Quill, mais c’est sur Terre que les choses se gâtent : Black Panther a peu de répliques, tout comme étonnamment Captain America et Black Widow. Vision et Scarlet Witch compense leur absence par l’intrigue qui tourne autour du cyborg et de sa pierre, ce qui fait qu’ils brillent durant deux scènes, à Edimbourg et lors de la destruction finale du joyau. Thor a de grandes parties pour lui tout seul, avec l’excellente surprise de Peter Dinklage en géant. Ces intrigues importantes de la vie du dieu auraient pu être placées dans Thor : Ragnarok, un bon film mais trop axé comédie malheureusement. Certains, rares personnages sont absents, tels Ant-Man et Hawkeye (pas un grand manque toutefois), ainsi que, plus surprenant, Hulk. De plus, ajoutons qu’un cameo des Defenders aurait été bien stylé, comme par exemple voir Daredevil combattre des monstres de Thanos pendant une demi minute, mais nous le savons, les deux médias sont tristement cloisonnés. Tout ceci est vraiment du chipotage sur le rythme, le film est quand même très bon et respecte ses attentes, pour les nombreuses qualités que j’ai cité plus haut.

Le drame est au rendez-vous, ce qui est plus que bienvenue dans un film Marvel, tant les noisettes sont rares à ce niveau là. Plusieurs personnages plus ou moins importants trouvent des morts violentes, si c’était attendu avec Loki (nous en parlons dans notre podcast avec Jim), et Vision, par rapport à sa Pierre dans le front, ce fut plutôt un choc pour Gamora, tandis que j’y ai presque cru pour Tony Stark quand ce dernier se fait planter par Thanos. Évidemment, la tragédie ultime vient des derniers événements du film. Thanos, presque vaincu par Thor, réussit à mettre en place son plan d’annihilation. La moitié des habitants de l’univers tombent ainsi en poussière. Pour une rare fois, peut-être même la seule, les super-héros du cinéma connaissent la défaite, ce qui est tout de même tout un symbole. Le must de l’audace aurait été de faire disparaitre une partie des anciens Avengers, pour plus d’impact, mais nous nous contenterons ici des héros plus récent. Outre l’aspect marketing évident de ce choix, ceci est peut-être aussi un plan de Doctor Strange, qui d’une manière ou d’une autre, a pu choisir les victimes en bidouillant la Pierre du Temps.

 

i dont want to go doctor who GIF
Spiderman à la fin

La fin reste ouverte et le suspens entier, même si nous savons que la bande trouvera un moyen de ressusciter tout le monde, du moins les victimes des Pierres, ou alors tout simplement de remonter le temps.

Prochaines étapes : Ant-Man and The Wasp puis Captain Marvel et enfin Avengers 4 en 2019, qui conclura la phase 3 !

Une réflexion sur « Avengers Infinity Wars : dix ans de travail bien utilisés ? »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s