Avengers : Endgame. Que penser du dernier film de cette saga magistrale ?

Le dernier volet de ce qui est désormais appelé la Saga des Pierres de l’Infinie vient de sortir. Ultime chapitre d’un récit s’étalant désormais sur vingt-deux longs métrages, il a suscité évidemment un engouement démentiel ici et ailleurs. Pourtant, nous avons affaire ici à un film très inégal dans son récit, ne répondant pas aux attentes placées sur ses épaules.

Évidemment, il est mieux d’avoir vu – l’excellent – Avengers : Infinity War avant de s’attaquer au gros morceau qu’est Avengers : Endgame. Les équipes de Marvel avaient la lourde tâche de conclure le récit après la victoire de Thanos dans le précédent opus, et de trouver une solution qui permettrait de ressusciter nos héros et de continuer la saga du MCU, véritable poule aux œufs d’or pour la firme aux grandes oreilles. Il est préférable d’aller voir le film avant de lire cet article, car il va être difficile de raconter et de décortiquer le long métrage sans devoir spoiler assez rapidement.

Bon d’accord, mais de quoi ça cause ?

Nous retrouvons donc nos héros quasiment directement après leur défaite. Rejoint par Captain Marvel, présentée dans le film éponyme, par ailleurs assez moyen, ils mettent en place un plan pour retrouver Thanos, dans le but de lui subtiliser le Gant et de s’en servir pour annuler ses effets. Tout ne marche pas comme prévu, et les Avengers restant devront mettre en place un plan B. Plan qui tardera à venir et qui les verra désœuvré, ayant pour certains refaits leurs vies, dans un monde encore choqué par la disparition de l’humanité en une fraction de seconde. La première partie du film est bien emmenée : elle met l’accent sur les conséquences de leur défaite passée, et nous envoie donc cinq ans plus tard avec aucune solution à l’horizon.

Cela jusqu’au retour d’Ant-Man, un personnage que l’on attendait plus. Revenu du Quantum Realm où il est restait coincé pendant cinq ans, il explique aux Avengers qu’ils peuvent se servir de ce plan pour voyager dans le temps et l’espace. Le changement direct du passé étant impossible, l’idée est d’aller collecter les pierres dans le passé pour s’en servir dans le présent et annuler l’acte de Thanos, puis retourner les mettre à leur place. Alors, l’idée n’est pas mauvaise, nous avions pensé à une scénario similaire nous aussi, seulement avec la Time Stone cependant, mais pourquoi pas, cela notamment grâce à un Tony Stark au top de sa forme, qui découvre les secrets des voyages temporels en environ une bonne demi-journée. L’idée d’un changement dans le cours du temps restait la plus plausible, notamment avec les ultimes paroles de Doctor Strange à la fin d’Infinity War. Les héros retournent donc à des points où ils sont sûrs que les pierres y soient (New York en 2012, Asgard en 2013 … bref des lieux qui nous rappellent des souvenirs) pour les récupérer. Le problème avec les films traitant de voyages dans le temps, et qu’il est difficile de ne pas créer des paradoxes scénaristiquement parlant, c’est vraiment marcher sur des œufs, il faut ainsi penser à tout. Et messieurs-dames, c’est là que le bat blesse.

Smart KultureMania
Pas con dans l’idée

La nostalgie plutôt que la cohérence

Les Avengers réussissent tant bien que mal à récupérer les pierres, mais c’est sans causer d’importants changements qui nous laissent dubitatifs. Il est expliqué à Banner par l’Ancien que chaque changement provoquerait une altération du temps et la création d’une autre dimension à chaque fois. Et pour le coup, il doit y en avoir un paquet de nouvelles, certaines ayant un destin meilleur que d’autres. Avant de passer aux incohérences, intéressons nous au plus grand impact de ces voyages temporels : le retour de Thanos. Le Titan finit par comprendre que des failles spatio-temporelles se sont ouvertes, par le fait d’ennemis qu’il ne connait pas encore mais qui finiront par le vaincre, ceci car … la Nebula du passé et la Nebula du présent sont liées et partagent le même processeur ? Admettons. Du coup, il se ramène dans le présent dans son armada et finit par être vaincu au terme d’une bataille finale que nous évoquerons plus tard. De fait, il existe une dimension où Thanos n’est plus une menace et où de fait, un bon nombre d’événements liés à sa conquête n’auront plus lieu. En revanche, il existe une réalité où les choses vont sans doute tourner au vinaigre : celle où Loki s’échappe en 2012 après sa défaite contre les Avengers. À cause d’Iron Man et Ant-Man, il s’empare du Tesseract. Outre le fait que Disney ait mis en scène cet incident pour la mise en production d’une série centrée sur le personnage, il existe dans cette dimension un Loki furieux, toujours maléfique et en possession du Tesseract. On vous laisse imaginer les dégâts. D’autres alternatives mineures sont aussi à prendre en compte :

– Cap America du passé se fait botter le cul par ce qu’il pense être Loki, et qui plus est sait plus tôt que prévu le fait que Bucky soit vivant.

– Jane qui se fait aspirer la Reality Stone par un raton laveur, ce qui ne manquera pas de poser des questions.

– Le père de Tony Stark qui sera plus proche de son fils, ce qui pourrait donner une réalité où Tony lui-même serait différent et donc ce qui ne mènerait pas nécessairement à la création d’Iron Man.

Et cela en tenant compte du fait que Captain America réussisse à rendre toutes les pierres au bon moment, sinon bonjour les dégâts :

– Plus de Mjolnir sur Asgard.

– Plus de Time Stone pour lutter contre Dormmamu.

– Plus de Power Stone pour les Gardiens de la Galaxie.

– Plus de Tesseract et de Sceptre pour tous les événements que l’ont connait.

Nous chipotons à présent, mais avouer qu’il y a matière à réfléchir.

Paradoxe KultureMania
Paraît-il

Pourquoi tant de rires ?

Le traitement des personnages est là aussi déséquilibré, nous pensons forcément ici au sort réservé à Hulk et Thor. Les deux plus puissants Avengers (osef de Captain Marvel) sont relégués au rang d’aspect comique. Hulk a tout simplement disparu au profit de Banner (donc pas de duel de revanche contre Thanos), et ne sert à rien, à part pour snaper la première fois et rétablir la vie dans l’univers, tandis que Thor est devenu un looser alcoolique et obèse (sympa pour les personnes en surpoids d’ailleurs…), lui qui est UN DIEU NORDIQUE. Franchement, nous comprenons l’intérêt d’avoir voulu les affaiblir pour rajouter de la difficulté face à Thanos, mais bon, dans ce cas autant les tuer tout de suite. Ceci étant dit, les acteurs sont bon, et même Chris Hemsworth, qui joue avec efficacité le personnage qu’on lui a confié. Chris Evans propose un grand jeu de leader, et évidemment Robert Downey Junior est excellent. Cela reflète un autre aspect gênant du film : l’humour. Oui les vannes ont toujours fait partie des films du MCU, si bien qu’à présent nous pouvons parler d' »humour Marvel », mais depuis le succès comique des Gardiens de la Galaxie, la balance penche dangereusement dans cette direction pour cacher les faiblesses scénaristique ou redonner un second souffle à un personnage, comme ce fut le cas pour Thor : Ragnarok. De fait, il y a dans Endgame, des vannes TOUT LE TEMPS, le public dans la salle s’esclaffait en continue, pour un film qui aurait dû être un des plus sombres et des plus sérieux de toute la saga.

Un autre point de vue se défend toutefois, et à KultureMania, nous sommes ouverts d’esprit : il est fort possible que les scénaristes aient voulu finir cette saga sur une note plus légère. De bons moments passés à l’écran pour nous rappeler tout ceux que nous avons passé à regarder les films du Marvel Cinematic Universe.

Laugh KultureMania
Mais ouais ya eu des milliards de morts quand même !

Une fin dont la qualité est en demi-teinte

La bataille finale, bien que trop courte, possède des plans impressionnants. La première partie en trois contre un nous en met plein les mirettes, avec des plans esthétiquement réussis, comme par exemple Cap sur sa colline face à une décor apocalyptique. Ce combat, où nous ressentons toute la puissance de Thanos, nous fait avoir peur pour nos héros, et redore le blason de Thor, qui se montre un adversaire valeureux. Finalement, au moment où tout semble perdu, des portails s’ouvrent (du coup quel intérêt pour le Tesseract ?), et les héros ressuscités arrivent en renforts, accompagnés d’une véritable armée. La scène ne manque pas de panache, et le seul bémol étant que chacun des personnages n’a que trop peu de temps à l’écran. La bataille est tout de même bien articulé, avec des scènes bien dynamiques, et même un plan girl power pour faire plaisir à tout le monde.

Le dernier tiers du film fait la part belle à l’émotion, laissant partir trois des Avengers fondateurs : Black Widow, Iron Man et Captain America. La scène avec Black Widow est tout de même choquante, car tout nous laisse entrevoir que ce sera finalement Hawkeye qui se sacrifiera. La disparition de notre agent secrète préférée aurait été plus soulignée si elle avait eu le droit à un enterrement, dommage que cela soit passé à la trappe. Iron Man se sacrifie pour sauver l’univers, lui qui au départ ne voulait pas prendre part à cette aventure. En effet, il snap pour désintégrer l’armée de Thanos, un geste qui le blessera mortellement. C’était là le plan de Strange, le sauver pour qu’il puisse se sacrifier plus tard. Jusqu’au tout dernier moment, nous avons cru à sa survie, mais la scène de son trépas, et surtout celle de son enterrement, restent belles, et c’est une fin honorable pour celui qui a lancé le MCU. Enfin, Captain America choisit de mener la vie qu’il avait tant voulu en restant dans le passé et en vivant avec Peggy. Outre le fait que là encore il y a un problème de paradoxe (il ne devrait pas être présent dans la dimension du film mais bien dans la nouvelle où il a vécu avec Peggy), sa dernière apparition est réussie, tant dans l’adieu du personnage, qui a eu la vie qu’il méritait, que dans le passage de flambeau au Falcon. Néanmoins, le film a su tout le long nous véhiculer toute une palette d’émotion, et cela nous nous devons de le porter à son crédit. Thor, quand à lui, continue ses aventures avec les Guardiens de la Galaxie, espérons que cela soit une réussite pour ce personnage qui fut tant malmené tout au long de la saga (les films Thor étant moyens, au mieux).

Sadness KultureMania
Rien à ajouter

En conclusion, un film qui aurait pu passer si il avait été au milieu de la saga, ou inversé avec Infinity War ( au niveau du ton), mais qui, pour conclure quelque chose d’aussi unique que le Marvel Cinematic Universe, n’est vraiment pas à la hauteur. Il reste bien sûr agréable à regarder, mais ne restera pas parmi les meilleurs de la saga. Un dernier mot sur le générique : les plans avec les signatures des Avengers fondateurs nous font remonter tout un tas de souvenirs à la figure, nous rappelant à quel point cette saga fut magistrale… C’était beau putain ! Adieu Chris, Robert et Scarlett, et merci !

Rendez-vous maintenant pour Spider-Man : Far from Home en juillet !

6 réflexions sur « Avengers : Endgame. Que penser du dernier film de cette saga magistrale ? »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s