The OA Part II : l’œuvre mystique

L’une des séries les plus étranges de Netflix, The OA, est revenue récemment pour une seconde saison. The OA, c’est l’étrange histoire de Prairie Johnson, une jeune femme aux talents mystiques et uniques. Si la saison avait été réussie et plutôt terre à terre dans son scénario, bien que haletant, la seconde partie se défait de toutes ses entraves. Alors, ça donne quoi ?

Trailer de la Partie I

Une série dans la mode des œuvres télévisuelles étranges

La première saison de The OA, si vous ne l’avez pas vue, relatait l’histoire de Prairie Johnson (Brit Marling), une jeune femme aveugle, disparue depuis sept ans, quand elle retourne auprès de ses parents adoptifs. Entre-temps, elle a subit un miracle christique et a retrouvé la vue. La majeure partie de cette saison tourne autour de son récit de ce qu’il s’est passé durant ces sept années. Il s’avère qu’elle fut capturée par un étrange docteur, Hap (joué par Jason Isaacs, ce bon vieux Lucius Malefoy), qui effectue des tests sur des sujets ayant vécus des expériences de mort imminente. A travers cette période, Prairie va se rendre compte qu’elle est plus qu’une simple humaine, et va rassembler un groupe de personnes, que tout oppose, autour d’elle afin de leur transmettre son message mystique. Nous ne pouvons en dire plus sur cette première partie, nous vous conseillons de la voir avant de revenir lire la suite de cet article. Croyez-nous, ce serait bête de gâcher la surprise.

Une seconde partie radicalement différente

Nous avions donc quitté notre chère Prairie/ OA (Original Angel pour ceux qui ont un trou de mémoire), après le tragique accident de la fin de la première partie. Les premiers épisodes nous laisse dans le suspens, et nous emmène suivre Karim Washington, un détective privé engagé pour retrouver une jeune fille disparue. Nous nous ne comprenons pas tout de suite quel est le lien avec la première saison, mais les scénaristes, avec brio, arrivent à resserrer les liens entre les histoires, et nous sommes ravis de revoir OA impliquée dans cette enquête.

Comme l’avait prévu Hap, la mort d’une personne, suivie par l’étrange danse que OA a appris à ceux qui l’entoure, transfère l’âme dans une autre dimension, et a fortiori dans le corps du double. OA se retrouve donc dans le corps de Nina, et est enfermé dans une hôpital psychiatrique, dont le directeur n’est autre que Hap. Elle y retrouvera d’ailleurs ses anciens compagnons d’infortune, ceux qui furent enfermés avec elle, dont son amour, Homer, qui ne la reconnait pas, car son âme n’a pas encore « pris possession » du corps de son hôte. L’enquête les mènera d’une maison pleines de secrets, à une entreprise qui contrôle des jeunes via une application d’énigmes qui rend accro en passant par un club clandestin russe. On voit de tout on vous dit !

Une lente évolution vers le surnaturel

Cette seconde partie de The OA allie donc enquête policière et idées philosophiques sur ce qu’il se passe après la mort. En réalité, le ton reste en accord avec celui de la première saison, c’est à dire plutôt réaliste. Jusqu’à la deuxième saison, nous ne savions pas si ce que racontait OA à son groupe était la vérité, si vraiment elle possédait des habilités surnaturelles. En parallèle de cette aventure que nous appellerons la Seconde Dimension, les amis de OA, restés dans la Dimension Originale, cherchent à la retrouver et à l’aider, n’ayant comme preuve que leur foi qu’elle est bien vivante quelque part. Ils seront menés par BBA (Phyllis Smith vu dans l’excellente série The Office), leur prof qui est en fait tout proche d’être une médium. Nous avons un certain plaisir à revoir cette bande de laissés pour compte s’unir dans une quête, dont le but est les retrouvailles avec leur amie.

La fin de la seconde saison tombe en revanche franchement dans le mystique, et le pire c’est qu’à partir de ce moment là, nous sommes prêts à tout accepter, tant l’œuvre nous pousse petit à petit dans cette direction (l’acceptation de l’existence de dimensions parallèles étant un bon début). La série à tout de même le bon ton de nous faire creuser la tête pour essayer de comprendre ce qu’il se passe à l’écran. Enfin, nous avons plusieurs moments qui relèvent littéralement du shamanisme, ce qui nous offre de beaux moments oniriques. En bref, si la première saison pouvait laisser de marbre quant à son scénario trop alambiqué, la seconde passe à la vitesse supérieure et nous emmène dans un véritable voyage trans-dimensionnel.

Tiens au fait, Riz Ahmed (vu dans Rogue One, The Night Of, ou encore Venom) nous régale de sa présence lors d’une unique scène, décidément, il est partout !

La série étant prévue sur cinq saisons, ce que la fin ici nous laisse entrevoir, et nous espérons que la suite sera autant surprenante et toujours de qualité.

Trailer de la seconde partie, tu as le droit maintenant

Une réflexion sur « The OA Part II : l’œuvre mystique »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s