John Wick : Parabellum, un changement de ton plaisant

Le troisième film de la saga John Wick, intitulé Parabellum, vient de sortir sur nos écrans. Nouvelles références du cinéma d’action, les films reposent sur tout un tas de qualité qui en font des œuvres appréciables à regarder, pour ceux qui apprécient la violence crue et l’hémoglobine.

Décidément, Keanu Reeves est au top du firmament. En effet, John Wick : Parabellum est le mieux noté de la saga sur IMDB et est en train de cartonner, mais en plus l’acteur vient de faire une apparition autant remarquée qu’inattendue à l’E3 2019. En effet, il prête son image et sa voix à un personnage dans le prochain jeu de CD Projekt, le studio derrière Gwent et la magnifique saga des The Witcher, intitulé Cyberpunk 2077. Pour marquer le coup, il s’est déplacé en personne pour en vanter les mérites devant une foule en délire. Le bonhomme traîne en plus la réputation d’être un gars sympa et humble, plus qu’il n’en faut pour être aimé par tous à notre époque où les vipères sont nombreuses (socio de comptoir bonsoir). Pour l’acteur, nous pouvons affirmer que John Wick est le second rôle emblématique de sa carrière, après Néo dans Matrix bien sûr, et qu’il lui apporte un nouveau succès bien mérité.

John Wick : Parabellum est donc le troisième opus de la saga, et reprend exactement là où le second s’était terminé. Nous retrouvons John alors qu’il est blessé et que l’on vient de lui annoncer qu’il n’avait plus qu’une heure avant d’être excommunié de sa confrérie, et d’être de fait traqué par ses anciens confrères assassins (ceci étant favorisé par une prime de 14 millions de dollars sur sa tête). Ce qui a séduit le public avec les précédents opus, c’était ce personnage surpuissant et cette prouesse qu’il a de tuer ses ennemis de façon surhumaine, presque artistique. L’action était ainsi au top, au détriment du scénario qui n’était alors pas leur point fort. Ce troisième volet redresse la barre à ce niveau là. La mythologie s’élargit grandement, et place ainsi le personnage au centre d’un univers bien plus vaste et cohérent, dont ne connaissons pas encore tous les tenants et aboutissants. Rappelez-vous : le second nous présentait plus en détail la Confrérie et ses avantages, nous avions devant nous un vaste réseau organisé de tueurs à gages, alors que le premier était surtout centré sur John Wick et sur sa vengeance contre ceux qui ont été assez bêtes pour tuer son chien (c’était d’ailleurs le fait d’Alfie Allen, notre bon vieux Théon de Game of Thrones). Parabellum va ici plus loin et nous fait découvrir bien d’autres ramifications.

Conspiration KultureMania
C’est pas si simple

Une brochette de stars prête à se tabasser

Sans spoiler, nous retrouvons John Wick, que l’on essaye déjà de tuer alors que son excommunication n’est même pas encore effective (en même temps un tel acte offrirait la richesse et la gloire), user de son ancien réseau de dette pour quitter New York. De part ses origines et les services qu’il a rendu, il réussi à quitter la ville plus ou moins sain et sauf pour se rendre au Maroc retrouver Sofia, une ancienne amie qui lui doit une dette, jouée par Halle Berry, et a pour but d’aller plaider sa cause auprès de l’Ancien, a priori le chef suprême de la confrérie. Il passera pour cela par la fonderie d’or, gérée par Jérôme Flynn (le fameux Bronn), qui sert à forger les fameuses pièces qui servent de monnaie interne à la confrérie. Contre toutes attentes, ce film est un véritable melting pot de lieux et de cultures différents, ce qui donne tout de suite une dimension mondiale à la fois à la Confrérie, mais aussi au personnage de John Wick, qui semble avoir une sacré réputation. Au travers de tout cela, vous vivrez un petit voyage, ce qui est toujours une agréable expérience au cinéma.

Dans cet opus, John sera traqué par l’Adjucateur (Asia Kate Dillon vu dans Orange Is The New Black), une membre de la « Haute Table » qu’on imagine être un espèce de conseil suprême, qui veut le voir mort et punir tout ceux qui l’ont aidé. De fait, Bowery King (joué par Laurence Fishburn, Morpheus dans Matrix) et Winston (Ian McShane que l’on voit dans la très bonne série American Gods) en prennent pour leurs grades, tandis que la dame engage des ninjas mené par Zero (Mark Dacascos qui a notamment marqué les esprits pour son rôle dans Le Pacte des Loups) pour aller régler son compte à John. Ses deux compères ont d’ailleurs joué dans la saga de films indonésienne The Raid, où ils jouent des méchants bien balaises (comme ici).

Rambo KultureMania
John tue 94 mecs dans le film. Notre Rambo du XXIème siècle
Ça tabasse mais différemment

À notre sens, ce que le film a gagné en profondeur de scénario, il l’a perdu en qualité d’action. Ce qu’on aime chez John Wick, c’est sa capacité à être invincible, notamment au corps à corps, et à se servir de toutes sortes d’objets pour régler son compte à ses ennemis, ainsi qu’à être un expert au simple pistolet (toujours dans la tête). Malheureusement, passés les premières escarmouches à New York qui ne manquent pas de panache, incluant livres, chevaux et lancer de haches, ceux se déroulant par delà les mers plus tard dans le film tombent bien trop vite dans la fusillade clichée, et il n’y a rien pour retenir notre attention. Même de la bataille finale, qui est quand même énergique, nous ne retiendrons que les combats contre les ninjas, qui n’ont rien à envier aux classiques du kung-fu. En plus d’être brillamment chorégraphiés, ils ont lieu dans un espace original et esthétiquement pétillant, vous verrez. John Wick : Parabellum se termine par un cliffhanger, car une suite verra le jour en mai 2021. Si vous aimez les films d’action qui repose sur un scénario tangible (ce qui est souvent une des faiblesses du genre ) ainsi que Keanu Reeves, John Wick : Parabellum est fait pour vous. Et rappelez vous : qui veut la paix prépare la guerre.

Une réflexion sur « John Wick : Parabellum, un changement de ton plaisant »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s