Spider-Man : Far from Home, un final mitigé pour la fin de la phase 3

Ça y est il est là, le dernier Spider-Man et le film final de la phase trois du Marvel Cinematic Universe. Alors, c’était comment ?

Spider-Man : Far From Home, second film du reboot de Spider-Man après Spider-Man : Homecoming, vient de sortir sur nos écrans. Contrairement à une erreur commune, il ne s’agit pas du premier film de la phase quatre du Marvel Cinematic Universe mais bel et bien le clou de la troisième. Et oui, Avengers : Endgame, contre toute attente, n’a été que l’avant dernier. Un choix inattendu et assez peu compréhensible, comme nous le verrons plus tard. Ici Spider-Man porte un énorme poids sur ses épaules, à l’image du film, qui à la lourde tâche de conclure quinze ans d’œuvres liées entre elles.

Huit mois après – Partie no spoil

Spider-Man : Far From Home reprend donc plusieurs mois après la revenue de ceux qui avaient été tués par Thanos. Spider-Man, lui, n’a pas connu l’espace des cinq ans, ni les dernières aventures des Avengers pour rétablir la situation. En effet, ses rôles dans ces histoires là se résument à la bataille contre Thanos sur Titan lors des événements de Avengers : Infinity War (qui est, rappelons le, un excellent film), sa disparition en poussière, puis son intervention lors des quelques minutes de la bataille finale de Avengers : Endgame. Ainsi, Peter Parker est -relativement – passé au travers des événements marquants et son but à présent est donc, comme dans la plupart des œuvres du super-héros, de vivre une vie normale de lycéen. Ayant mis de côté son rôle d’Avengers, et toujours marqué par la mort de Tony Stark, Peter Parker s’apprête à aller visiter l’Europe avec sa classe, une occasion où il espère avouer sa flamme à MJ. Et une fois de plus, ses aspirations de lycéen vont rentrer en contradiction avec son statut de héros.

En effet, Nick Fury cherche à le contacter, car la Terre fait de nouveau face à une menace, et Spider-Man est le seul héros disponible pour le moment. Cet argument est assez peu valable car on voit à la fin de Avengers : Endgame que le nombre de super-héros est en fait très impressionnant. Hormis Thor et Captain Marvel qui ne sont pas forcément présents sur Terre à ce moment là, il serait très facile pour Nick Fury d’aller créer une équipe composée de Doctor Strange, Black Panther, Red Witch et Prof Hulk plutôt que de vouloir à tout pris embêter Spider-Man. Nous passerons cependant sur cet argument et nous l’accepterons pour les besoins du film.

Ainsi des monstres nommés les Elementaux sont apparus sur Terre et menacent de la détruire. Au nombre de quatre, ils font déjà des ravages, jusqu’à ce que Quentin Beck, très vite connu sous le nom de Mysterio, intervienne et parvienne à les arrêter. Nick Fury veut que Spider-Man fasse équipe avec lui pour l’aider dans sa tâche et sauver le monde. Les deux compères seront donc confrontés à eux, pas cette fois aux États-Unis, mais en Europe. Les combats sont nerveux et destructeurs, et mettent nos deux héros aux prises avec des géants aux pouvoirs impressionnants. Mysterio est d’ailleurs bien plus impressionnant que Spider-Man, et ses scènes d’action permettent des scènes mouvantes et éclatantes à souhait.

L’Europe, parlons en ! Le Vieux Continent est mis à l’honneur ici à travers le voyage scolaire de Peter Parker, qui traversera diverses villes, ce qui est toujours agréable à voir à l’écran (la rédaction de KultureMania est assez fan de voyages). Les villes (quelles sont-elles ? Suspens !) sont bien représentées, avec en prime quelques touches de cultures ici et là. Qu’il est agréable de voir les héros sortirent de New York pour une fois (Ok ça arrive de temps en temps mais vous avez compris l’idée). Le réalisateur a su rendre hommage à notre continent, et s’attarde sur des points d’histoire qui ancre bien l’œuvre dans son environnement (contrairement aux James Bond par exemple où souvent le personnage ne fait que passer).

angry kenny mccormick GIF by South Park
Une vraie plaie ces touristes

Seul Tom Holland nous fait rêver..

Niveau casting, commençons par citer Tom Holland, définitivement trop cool pour ce monde, qui joue très bien son rôle d’adolescent débordé. Les meilleurs moments sont ceux où il pense avec affection à son ancien mentor. En effet, la disparition brutale de Tony Stark a laissé une fêlure dans le cœur de notre jeune ami, et cette détresse transparait bien sur ses traits quand il s’aventure à penser à lui. Un bien bel hommage de la part des studios pour celui qui lancé la franchise.

C’est pourtant le seul acteur que nous retiendrons de Spider-Man : Far From Home, et pour cause, les autres, même les plus connus, ne crèvent pas l’écran. Jake Gyllenhaal, qui joue Mysterio, pourtant talentueux à souhait (nous le savons depuis Donnie Darko) ne fait pas ici ressortir le meilleur de son talent. Samuel L. Jackson, l’éternel Nick Fury, a quand à lui pris un coup de vieux – 70 balais au compteur – et son jeu d’acteur en pâtit (soit ça soit il n’en avait pas grand chose à faire du film). Nous l’avions trouvé plus investi dans Captain Marvel, même si le scénario avait fait prendre un virage étrange à son personnage.

Les potes de Peter Parker ne sont pas non plus mémorables, même si de bonnes scènes d’humour sont de leur fait. Zendaya (vu dans The OA saison 2), qui joue MJ, est déjà une artiste accomplie à seulement 22 ans, mais à notre sens, son interprétation du personnage n’est pas la bonne. Kirsten Dunst de la trilogie originale était plus pertinente. Le couple Ned (Jacob Batalon) et Betty (Angourice Rice vu dans la cinquième saison de Black Mirror) apporte lui aussi des moments marrants, et nous rappelle combien la vie était à la fois simple et complexe quand on est lycéen. L’humour est comme d’habitude bien présent, mais étonnamment, il n’y en n’a pas des caisses, ce qui aurait pu être largement le cas pour un film Spider-Man. Au contraire, le scénario tend à faire rentrer Peter dans un univers plus mature, ce qui influe sur le ton général.

Le film a donc de bons côtés, pour autant, il n’est pas à la bonne place au sein de la saga. Le manque d’enjeux et de suspens, ainsi que de vision sur le long terme en font une bien piètre manière de finir la phase trois, qui aurait dû bien évidemment s’achever avec Avengers : Endgame. Les événements avec Thanos semblent avoir été oubliés trop vite, et cela créé un déséquilibre de climax. Le film se centre trop sur la remise émotionnelle de Peter Parker, ce qui fait que l’œuvre ne peut pas évoluer en indépendante, et cela donne un Spider-Man assez moyen, qui n’a pas vraiment d’histoire à part entière et qu’on ne peut pas détacher de son prédécesseur.

ryan reynolds KultureMania
Pourquoi Disney ? Pourquoi ?

Attention ça spoil dans 3..2..1.. Maintenant !

Commençons par parler de Mysterio, apparu pour la première fois en juin 1964, est depuis devenu un des grands ennemis de Spider-Man, ainsi que de Daredevil. Son habilité principale est de créer des illusions à l’aide de gaz, mais il est aussi un expert en effets spéciaux et hypnoses, à l’aide desquels il déstabilise ses adversaires. S’il est récurrent dans la mythologie de l’Homme-Araignée, Mystério ne fait pas vraiment parti des plus dangereux. Pour l’anecdote, c’est d’ailleurs lui qui rend fou Wolverine au début du chef d’œuvre qu’est le comic Old Man Logan, qui inspirera d’ailleurs l’excellent Logan.

Dans le film, Mysterio est d’abord amené comme un allié du héros. Les séquences et le jeu du personnage, dans les deux sens du terme, sont suffisamment bien réalisés pour que l’on croit à ses bons sentiments. Même en connaissant les histoires du comic, nous finissons par nous dire que bon, les producteurs ont vraiment décidé d’en faire un mec sympa, et que les Elementaux sont vraiment les méchants du film (ce qui aurait été plus que naze). Finalement, le plot twist arrive, vu à des kilomètres durant la scène, et nous nous disons que ça y est, la vraie bataille commence.

En 2019, fini les gaz old school dont nous vous parlions, et place à la flamboyante technologie de Stark Industries : Mysterio, avec l’aide de drones, va pouvoir simuler ses faux ennemies, les Elemantaux donc, afin que tout le monde n’y voit que du feu. Mysterio veut en fait prendre la place de Tony Stark comme héros, et aidé d’anciens employés de Stark Industries, met un plan pour mettre la main sur la base de données de Tony, afin d’avoir accès à l’ensemble de sa technologie. Pas vraiment transcendant pour être honnête. Une fois de plus, le méchant du film souffre de la malédiction des films Marvel, et ne restera absolument pas dans les annales. Seuls Thanos et Loki ont su tirer leurs épingles du jeu, et pour les autres, nous tombons à chaque fois dans les mêmes clichés et retournements de situation. Pour cause ici, l’histoire est là même que dans Captain Marvel avec Jude Law : le gentil mentor du héros se révèle en fait être maléfique.

Spiderman KultureMania
Tu me vois tu me vois plus

Côté graphie, notons que certaines scènes sont tout de même intéressantes. Nous pensons bien sûr aux scènes où Spidey se trouve prisonnier des illusions de Mysterio. Nous sommes nous-mêmes happés dans ce monde étrange où rien n’est logique, où tout part sens dessus dessous, et pendant quelques temps, nous sommes aussi confus que notre héros. Les illusions s’enchainent et et s’entremêlent, et nous nous demandons ce qui est vrai et qui ne l’est pas. Ces scènes sur grand écran sont du plus bel effet, et resterons dans les mémoires comme les plus marquantes de Spider-Man : Far From Home.

Pour terminer, citons deux bémols mais non des moindres : la disparition de Captain America ne semble interpeller personne, ce qui est bien dommage car sa fin était émouvante. Ensuite, c’est le tout premier film Marvel depuis X-Men de Bryan Singer qui avec le Spider-Man de Sam Raimi, lança la mode des super-héros, à ne pas avoir de caméo de Stan Lee. Repose en paix, vieux sage.

Analyse des scènes post-générique

Disney a repris les bonnes vieilles habitudes et nous offrent deux scènes post-générique. La première nous montre qu’en fait il ne s’agissait pas de Martha Hill et de Nick Fury tout le long du film mais de deux Skrull qui avaient pris leurs apparences. Outre l’aspect comique, cela peut nous donner des indices sur la suite du MCU, car c’est encore plutôt le flou pour la phase quatre. Une guerre entre les Kree et les Skrull donc ? Les paris sont ouverts ! Nous pouvons tout de même nous avancer pour dire qu’il y aura une suite à chaque franchise : Les Gardiens de la Galaxie 3 est déjà annoncé, mais il y aura sans doute des sequels à Black Panther, Doctor Strange ou encore Captain Marvel, ainsi qu’a priori un film sur Black Widow. Cependant, nous ne savons pas encore grand chose sur l’arc majeur qui prendra place dans cette phase. Celui devra pourtant être suffisamment costaux pour tenir une bonne décennie, comme l’ont fait les Pierres de l’Infinie.

La seconde scène met bien plus l’eau à la bouche. Nous retrouvons avec plaisir J. K. Simmons dans son rôle iconique de J. Jonah. Jameson, le terrible rédacteur en chef du Daily Bugle, qui voue une haine injustifiée pour Spider-Man. Ici, il diffuse une vidéo où Mysterio dévoile l’identité de Spider-Man au monde entier. Nous avons hâte de voir comment Peter va s’en sortir !

happy chris pratt KultureMania
Ça va être cooool !

Le troisième film de Spider-Man dans l’écurie Disney est paraît-il déjà en préparation. Rappelons que selon le deal entre Disney et Sony, celui-ci sera la dernière apparition du personnage dans le MCU, à moins que l’accord soit prolongé. La question reste ouverte, car Sony semble bien s’en sortir sans Disney pour ses propres œuvres sur cet univers : Spider-Man : Into The Spiderverse est une réussite totale, et Venom, bien que trop court, est un film plus que correct. A suivre.

2 réflexions sur « Spider-Man : Far from Home, un final mitigé pour la fin de la phase 3 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s