El Camino : plutôt un hommage qu’un point final

Le film El Camino, produit par Netflix, vient mettre un point final à la série événement Breaking Bad, et au destin de Jesse. Alors, cette œuvre était-elle nécessaire ? Oui et non

Attendu comme le messie – par nous en tout cas – El Camino: A Breaking Bad Movie est sorti sur Netflix le 11 octobre 2019. Jusqu’à l’annonce officielle de la sortie du film, le tournage fut gardé secret, de manière efficace. Une telle opération valait-elle le coup ? Fallait-il ressortir un nouvelle fois Breaking Bad sur écran ? Better Call Saul est toujours en cours de diffusion mais nous commençons à arriver au moment où un point final serait bien : la série qui relate à la transformation de Jimmy McGuill en Saul Goodman commence effectivement à traîner en longueur.

Des défauts qui n’ont rien à voir avec l’essence même de l’œuvre

Le fait est que non, El Camino – du nom de la voiture que possède Jesse et que nous voyons tout le long du film – n’était pas fondamentalement nécessaire. La fin ouverte de Jesse à l’issue des cinq saisons nous suffisait amplement, à nous ensuite d’imaginer de quoi il en retournait pour notre gangster au grand coeur. L’histoire de Walt était conclue, et c’était là le plus important. Toutefois, nous ne serions que des enfants gâtés à cracher sur un tel cadeau, car c’est bien là un cadeau fait pour les fans. En effet, l’œuvre joue la corde de la nostalgie à fond, au travers de personnages et de lieux que l’on avait apprécié voir à l’époque. Le scénario, en tant que tel, tient sur une ligne : Jesse doit trouver un moyen de se faire oublier et de refaire sa vie loin d’Albuquerque, ce qui est plus ou moins ce à quoi nous nous attendions.

Pas la peine ici de vous raconter le scénario, soit vous l’avez déjà vu, soit vous vous apprêtez à la faire. Nous retrouvons cependant un bon nombre d’acteurs de la série originale, certains seulement le temps d’un caméo, d’autres avec des rôles plus importants. Si quelques figures importantes sont absentes, la plupart sont de retour pour ce film Netflix. L’action se centrant autour de Jesse, il aurait été compliqué de faire intervenir certains de ces personnages dans ses flash-back, flash-back qui sont par ailleurs légion. Évidemment, ce qui nous frappe, ce sont les changements physiques des acteurs survenus entre les six années qui séparent la fin de la série d’El Camino. Le film est sensé se dérouler dans les quelques jours qui suivent Felina, le dernier épisode, mais l’immersion est érodée par les ravages du temps. Hélas, Vince Gilligan, tout malin soit-il, ne peut lutter contre le poids des années qui touche ses acteurs fétiches. Certains font maintenant carrément vieux, mais si cela est oubliable, il en va différemment pour leur poids. Et là, ceux qui ont vu le film savent de qui nous voulons parler. L’imposition d’un régime n’aurait pas fait de mal à la cohérence de l’histoire (et aussi sur la santé par ailleurs). Ceci mis à part, la fameuse suspension consentie de l’incrédulité, nous retrouvons tel quelle toute cette bande chère à notre cœur.

matt damon KultureMania
Les acteurs entre la saison 5 et El Camino

Un rythme long et un ton sombre

Cette nouvelle pierre à l’édifice Breaking Bad adopte le rythme lent qui a fait en partie la marque de la série. Quelques scènes sont sous tension, mais globalement, l’action pure n’est que peu présente. On aime ou on déteste, mais pour nous, le film s’en sort très bien sans des fusillades à tout va. Le scénario, même si on se doute du dénouement, se déroule sous nos yeux, et nous voyons un Jesse redoubler d’ingéniosité pour le mettre à bien. Il y a ainsi des années lumières entre le junkie pitoyable des débuts au gangster romantique et marqué du film. Aaron Paul, bien qu’ayant pris un peu de poids (ok on arrête avec ça), est crédible, et nous sentons que c’est vraiment un rôle qu’il a dans la peau. Il est difficile pour nous de vous parler des autres personnages sans spoiler, mais de toute façon, il n’y a jamais eu de mauvais jeu d’acteur dans Breaking Bad : pour preuve, les personnages qui se veulent détestables le sont vraiment.

Le ton est sombre, ce qui est normal au vue de l’enjeu et du vécu des personnages, mais avec quelques aspects comiques propres à la série. Nous voyons que l’équipe a eu le temps de réaliser le film comme bon lui semblait. Les plans larges sur les paysages sont nombreux , et les scènes s’étirent en longueur, pour un effet non pas ennuyeux, mais plutôt immersif. L’ambiance de El Camino nous englobe et nous plait, nous vivons l’aventure avec Jesse. La construction du récit est maligne, car elle se déroule en parallèle de flash-back : les actions et révélations du passé influent sur le déroulement présent. Bref, si vous vouliez un film tout feu tout flamme, passez votre chemin, sinon, laissez vous porter.

Car c’est un road trip

En somme, un film pas nécessaire mais qui reste plaisant à voir. Quelque soit sa qualité, il ne dénature en rien la série originale, même si nous sentons que Vince Gilligan a du mal à refermer son univers. Breaking Bad possède à présent deux fins réussies, contrairement d’ailleurs à Game of Thrones, dont la fin a divisé.

Enfin, hommage à Robert Foster, qui joue Ed « le disparateur » dans la série, mort le 11 octobre, jour de la sortie du film.

Maintenant, rendez-vous pour la cinquième saison de Better Call Saul !

Et en bonus, car c’est toujours aussi cool :

Pensez à vous abonner à notre page YouTube et à notre page Facebook les amis !

Une réflexion sur « El Camino : plutôt un hommage qu’un point final »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s