The Mandalorian : retour vers les étoiles

The Mandalorian, diffusée depuis novembre 2019 sur Disney, met à l’honneur un Mandalorien, cinq ans après la Bataille d’Endor – et accessoirement six ans avant la naissance de Rey – à travers une aventure qui va mettre à rude épreuve son humanité. Ce chasseur de primes a priori sans pitié, va accepter une mission, qu’il choisira finalement de pas mener à bien, une décision qui va lui causer de nombreux ennuis et qui va causer les péripéties de la série. Vous avez au moins tous vu les images circuler sur le Web : notre héros va s’attacher à l’Enfant, un bambin issu de la race de Yoda (simplement nommé « Baby Yoda » sur la Toile), au lieu de le livrer à ce qu’il reste des forces impériales, désireuses de mettre ses mains sur lui.

 

Un hommage à la trilogie Star Wars originelle

La construction des épisodes de The Mandalorian se rapprochent énormément de l’esprit de l’Episode IV : le rythme est lent, l’ennemi principal est l’Empire, les races sont nombreuses et portées à l’écran à l’aide de masque plutôt qu’en CGI, l’action se déroule à plusieurs reprises sur des planètes désertiques dont la fameuse Tatooïne, peuplées de Jawas et de Pillards Tusken, les objets et les décors ont cet aspect un peu délabrés, synonymes de fin d’une ère… Bref, nous savons où nous mettons les pieds.

L’ensemble des épisodes sont surtout des moments de construction de l’univers, comme une volonté de la part de Disney d’avoir créé cette série avant tout pour soutenir la saga principale afin de remettre en place un univers étendu qui n’existe alors plus. Cette idée était admise de manière plus ou moins inconsciente par les téléspectateurs : nous n’attendions pas grand chose de The Mandalorian, d’autant que les esprits étaient tournés vers Star Wars Episode IX : The Rise of Skywalker en cette fin d’année 2019. Il y a effectivement en fil rouge la protection de l’Enfant, mais cette intrigue n’avance vraiment que lors des deux épisodes finaux : auparavant, ce sont surtout des missions détachées les unes des autres menées par notre héros. Celles-ci ne manquent d’ailleurs pas de panache, bien que d’une qualité inégale : l’évasion de la prison, le combat contre l’effrayant TR-TT, la chasse du Mudhorn… Si le Mandalorien est indubitablement stylé, d’autres personnages sont déjà cultes : IG-11, Kuiil (« I have spoken »), les deux Stormtroopers qui s’entrainent au tir dans l’épisode huit (certains demandent un spin-off sur eux), et bien évidemment, « Baby Yoda ».

Baby Yoda KM
Nouvelle égérie de Disney +

Nous le trouvons trop chou et nous comprenons bien l’interêt merchandising de ce personnage, à l’image de ce qui avait été imaginé pour les Porgs présents dans Star Wars VIII : The Last Jedi, Disney a tout de même eu la présence d’esprit de lui donner un rôle plus consistant que celui de simple peluche, à l’image de ce qui avait été fait pour les Ewoks dans Star Wars : Le Retour du Jedi. « Baby Yoda » est ainsi le moteur de l’intrigue et possède quelques interventions impressionnantes. D’ailleurs, Disney a été malin, car il nous a été présenté la capacité du personnage à guérir via la Force (un aspect décrié), la veille de la sortie de Star Wars IX : The Rise of Skywalker, comme pour légitimé le processus, dire « vous voyez, ça existe ailleurs! ».

Star-Wars-Mandalorian KM
L’hommage a l’Episode IV est fort dans la série

…et une extension de l’univers Star Wars estampillé Disney

Via cette série, c’est la première fois que nous voyons un Mandalorien à l’écran. En effet, quand bien même l’idée de base du concept de chasseur de prime et d’un tel design d’armure vient de Jango et Boba Fett, ces derniers ne sont pas des Mandaloriens à proprement parler. Du moins, tel que ceux-ci sont déterminés dans l’Univers Disney (car rappelons-le, l’ancien univers étendu, dont Boba avait une place relativement importante, a été jeté à la poubelle). Nous apprenons que les Mandaloriens viennent de la planète Mandalore, mais qu’il s’agit plus d’un crédo à suivre que d’une race en soit. Personnes honorables, les Mandaloriens suivent une « Voie » (« This is the Way »), et ont pour obligation de ne jamais montrer leurs visages. De fait, Jango Fett ne semble suivre aucun dogm :, il se balade souvent le visage découvert, sauf au combat, et semble sans foi ni loi, nous pouvons ainsi deviner que son armure a été volé à un Mandalorien. Quand à Boba, la question ne se pose pas car ce n’est qu’un clone, qui a seulement récupéré l’armure de son père. L’origine de ce peuple est ainsi étoffé, nous présentant une histoire sanglante, dont le passé tragique resurgit en fin de saison, à travers le terrible Moff Gideon, ancien général de l’Empire, qui a attaqué Mandalore il y a bien longtemps dans un événement nommé La Purge. Un récit qui nous sera relaté dans la sixième saison de Clone Wars.

Black Sword KM
Le Sabre Noir présent dans Clone Wars

Une réalisation faite avec amour

La réalisation possède un aspect très western : les environnements sont souvent désertiques, le personnage est laconique, solitaire et mystérieux, et la bande-son, discrète, fait hommage aux travaux d’Ennio Morricone. Des hommages sont aussi fait à des œuvres japonaises célèbres : l’idée du héros solitaire accompagné d’un enfant se retrouve dans le manga des années 1970 The Lone Wolf and The Cub, tandis que l’épisode où le héros doit protéger un village d’une attaque ennemi reprend la trame du film Les Sept Samouraïs.

Cette série Star Wars, la première en live, a été créée par Jon Favreau, qui est un pilier solide de Disney : il a réalisé les deux premiers Iron Man, Le Roi Lion, est producteur de pas mal de films du Marvel Cinematic Universe et apparait dans le rôle de Happy Hogan, l’assistant de Tony Stark, notamment dans Avengers : Endgame et Spider-Man : Far from Home. Nous pouvons sentir que Favreau est un fan de la première heure de la saga, tant dans son respect de l’univers que dans la mise en place des scènes, le générique de fin de chaque épisode nous font d’ailleurs comprendre qu’il a grandi avec les comics de l’ancien univers étendu.

The Mandalorian met Perdro Pascal à l’honneur, vu dans Game of Thrones et Narcos, dans le rôle de Din Djarin, notre Mandalorien, qui a la lourde tâche de véhiculer son jeu d’acteur seulement via sa voix. Le show fait aussi intervenir plusieurs acteurs connus du petit écran. Citons évidemment Giancarlo Esposito (l’excellent Gus Fring dans Breaking Bad), dans le rôle de l’antagoniste principale Moff Gideon. Ce dernier est par ailleurs en possession, nous l’avons vu, du Sabre Noir (déjà aperçu dans Clone Wars et Rebels), cette arme unique ayant appartenu au seul Mandalorien Jedi de l’histoire. Gina Carano, pratiquante de MMA et présente dans le premier Deadpool, partenaire parfaite pour notre aventurier solitaire, l’humoriste Bill Burr, IG-11 avec la voix de Taika Waititi, réalisateur de Thor : Ragnarok et Hitler dans Jojo Rabbit, ou encore Carl Weathers (Apollo Creed dans la saga Rocky).

Jon Favreau KM
Le Mastermind

Qu’en est-il à présent du futur de la saga ? The Mandalorian pourrait bien être l’oeuvre qui pose la pierre du renouveau de la saga. Rappelons que la « postlogie » a été moyenne reçu, et que seul Rogue One a réussi brillament son coup. Pour la suite donc, côté cinéma, Rian Johnson est toujours aux commandes de sa trilogie, ainsi que Kevin Feige, architecte visionnaire du MCU, qui a aussi un projet de film sous le coude. Sur Disney +, nous aurons le droit bien sûr à la seconde saison de The Mandalorian, ainsi qu’une série centré sur Obi-Wan Kenobi, avec Ewan McGregor dans le rôle-titre, ainsi qu’un spin-off sur Cassian Andor, vu dans Rogue One.

8 commentaires sur « The Mandalorian : retour vers les étoiles »

      1. Mandalorian, c’est surtout l’occasion de se refaire la série des Baby Cart, ou bien la trilogie des dollars qui semble avoir clairement servi de modèle à Favreau. Sans compter que ce Chasseur de Primes, malgré son casque, a des intonations eastwoodiennes prononcées.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s