Dossier part II – The Witcher 3 : Heart of Stone. Un DLC aux idées intéressantes.

Le premier DLC de The Witcher 3: Wild Hunt, Heart of Stone, est sortie le 13 octobre 2015, soit à peine cinq mois après l’opus original. Ce DLC rajoute une quinzaine d’heures de jeu, et mettra notre sorceleur au prise avec un étrange personnage, qui peut exaucer les vœux, mais les faire payer en âme…

Un scénario riche et mélancolique

Hearts of Stone commence lorsque Geralt accepte un contrat proposé par Olgierd von Everec, un étrange noble (qui ressemble d’ailleurs à David Beckham), avec pour mission de traquer la terrible bête meurtrière rodant à Oxenfurt, la cité des étudiants. Lors de son enquête, notre sorceleur tombe sur Shani, médecin et ancienne connaissance de Geralt (elle apparaît dans le tome Le Sang des Elfes mais aussi dans les précédents jeux Witcher), qui l’aidera dans son enquête. Une fois la créature vaincu, une troupe d’Ofieri, menée par un sorcier, surgit et capture Geralt. Nous apprenons à ce moment-là qu’en fait il s’agissait d’un prince Ofieri, maudit par Olgierd von Everec lui-même. Le sorceleur se retrouve ainsi prisonnier dans un bateau en route pour Ofir, sans guère d’espoirs de s’échapper. C’est alors qu’un étrange personnage fait son apparition dans le navire : Gaunter O’Dimm, aussi appelé Le Maître des Miroirs. Ce dernier propose son aide à Geralt, mais cela ne sera pas gratuit. Geralt devra l’aider à satisfaire les trois vœux promis à Olgierd von Everec, afin que le contrat soit accompli. Le noble a reçu des dons extraordinaires de la part de Gaunter, avec en prime un « cœur de pierre » (« heart of stone » en vo) et ce dernier doit recevoir son âme en paiement, à l’issue de trois vœux que Olgierd est obligé de demander. Ceux-ci sont réputés impossibles à satisfaire, et devinez qui va devoir s’y coller ?

Le personnage de Gaunter O’Dimm est particulièrement bien écrit, et plutôt angoissant. Preuve que CD Projekt avait prévu cette extension en amont, nous voyons le personnage dès le début de Wild Hunt, à l’auberge de Blanchefleur. Énigmatique, Gaunter donne à Geralt des informations sur la localisation de Yennefer. Passé ce moment, le personnage sort vite de nos esprits, tant le jeu est dense par la suite. Plusieurs autres personnages haut en couleurs font leurs apparitions dans le DLC, ainsi que plusieurs boss. Les missions à accomplir sont variées et intéressantes : participation à un cambriolage avec préparation en amont digne de Ocean’s Eleven, assistance à un mariage en compagnie de Shani et d’un fantôme, aventure morbide dans un tableau de peinture comme dans Marie Poppins… Les développeurs ont laissé libre court à leur imagination ! Enfin, notons que Heart of Stone a tout de même un scénario sombre et mélancolique, et quelques scènes sont franchement angoissantes. Rien n’est jamais simple dans la saga Witcher.

Gaunter Hearts of Stone KultureMania
L’étrange Maître des Miroirs vient réclamer son dû

Peu d’ajouts mais de qualité

Hearts of Stone rajoute plusieurs atouts au jeu de base. Nous découvrons la mécanique de l’enchantement, qui permet, contre une somme d’argent tout de même conséquente, de pouvoir faire ensorceler ses pièces d’armures pour des bonus, tandis qu’une nouvelle zone apparaît au nord-est de Novigrad. Du côté des défauts, il est dommage de ne pas avoir eu une nouvelle région à part entière, comme il sera fait dans Blood and Wine. Par ailleurs, les boss sont tout de même plutôt coriaces, bien plus que Eredin lui-même, notamment la bête d’Oxenfurt qui doit être le plus dur de tout le jeu. Cette difficulté rajoute du challenge à un jeu qui n’est déjà pas tout à fait simple, mais casse la logique. Il vous faudra être de niveau trente pour arriver au bout (et encore c’est pas gagné), et vous avez la possibilité de faire seulement cette extension via le menu du jeu, ce qui est une bonne idée. Pour autant, ces adversaires arborent un design faisant souvent froid dans le dos, avec une réalisation soignée.

Les cinématiques ont été travaillées, rendant pour certaines un effet grandiose digne des plus grands films. Les musiques sont toujours gérées par Marcin Przybyłowicz,  et une fois de plus sont majestueuses. CD Projekt en a d’ailleurs profité pour rajouter les personnages apparaissant dans Heart of Stone en carte dans Gwent ! La carte de Gaunter était d’ailleurs plus intéressante dans les premières années du jeu qu’à présent, mais cela est une autre histoire.

Enchanteur Hearts of Stone KultureMania
Cet enchanteur qui coûte si cher

Une histoire légendaire

Soulignons que ce DLC s’inspire de la fable polonaise de Pan Twardowski. Dans celle-ci, Pan Twardowski est un sorcier qui fait un pacte avec le diable. Il lui vend son âme en échange de pouvoirs surnaturels, tout en incluant une clause impossible, selon lui, à remplir, à l’image de ce qui lie Olgierd et Gaunter. Ainsi, il est stipulé dans le contrat que le diable ne pourra prendre son âme seulement à Rome, une ville que le sorcier n’a jamais eu l’intention de visiter. Dans le conte, Pan tire profit de ses nouvelles aptitudes pour devenir riche, célèbre et puissant. Évidemment, le diable arrive à le berner, et il lui donne rendez-vous dans une auberge nommée Rome. Pas d’intervention de sorceleur ici pour sauver notre pauvre Pan, mais seulement l’intervention de la Vierge Marie. À mi-chemin de l’Enfer, ce dernier est sauvé et envoyé sur la Lune (pourquoi pas après tout), où il vivrait encore aujourd’hui… Cette fable rappelle celle de Faust, le conte allemand bien plus connu chez nous.

Final Hearts of Stone KultureMania
Nos trois protagonistes réunis pour le dénouement final

Comme pour le jeu original puis Blood and Wine par la suite, Heart of Stone possède plusieurs fins différentes. Si vous faites preuve de cœur et d’empathie, vous aurez la fin la plus intéressante scénaristiquement (mais aussi la moins facile), tandis que le choix le plus égoïste sera récompensé de manière concrète, mais de manière sombre. Vous serez responsable du futur de Olgierd, donc réfléchissez bien. Dans tous les cas, vous ne repartirez pas les mains vides ! Enfin, un troisième choix s’offre à vous suivant où vous en êtes dans la quête principale : celui de vous aider à avoir la meilleure fin possible pour Wild Hunt.

Heart of Stone est depuis longtemps inclus dans le jeu de base, mais coûtait à sa sortie seulement dix euros. Nous ne pouvons que baisser notre chapeau à CD Projekt pour proposer de la telle qualité à un prix si dérisoire. Celui qui a suivi, Blood and Wine, est encore plus magistral !

3 commentaires sur « Dossier part II – The Witcher 3 : Heart of Stone. Un DLC aux idées intéressantes. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s