The Boys S2 : de l’action oui, mais une histoire qui patine.

The Boys a été l’une des premières séries d’Amazon Prime, si ce n’est la première, à faire le buzz. Basée sur un comic de Garth Ennis à la qualité reconnue, et en pleine époque où les super-héros ont la côte, la première saison de The Boys a été particulièrement appréciée par les sectateurs. N’hésitez pas d’ailleurs à jeter un œil à notre retour sur la première saison.

Les relations humaines c’est bien, l’intrigue qui avance c’est mieux

Au vue de la longueur du comic et de la réception de l’adaptation par le public, The Boys a évidemment eu le droit à sa seconde saison. Cette nouvelle saison est agréable à visionner : l’action est au rendez-vous et les acteurs jouent globalement plutôt bien. Le synopsis est largement centré autour de Homelander, à la fois sur sa relation naissante avec son fils, ainsi que sur cette passion qu’il va vivre avec Stormfront, nouvelle super-héroïne qui remplace Translucent au sein des Seven. Pour l’anecdote, Stormfront est un homme dans le comic, et son nom est inspiré d’un réseau social néo-nazi. Les relations entre les Boys, ainsi que leurs passés respectifs sont de même bien plus creusés, dans le but d’enrichir leurs background. Les personnages de l’œuvre restent globalement manichéens, et nous devinons tout de suite qui est moralement bon ou pas (dès la première saison en fait). Oui Maeve est gentille (mais choisie de l’ignorer pendant longtemps), oui Butcher a effectivement un cœur, oui Starlight a rapidement su évoluer dans sa réflexion afin de faire les choix les plus justes, oui la rédemption de Deep est fausse et uniquement par intérêt, et oui bien sûr Homelander est un fdp jusqu’au bout (et Stormfront est une nazi, ben tient). Ces quelques exemples, représentatifs de notre propos, nous montrent que les scénaristes d’Amazon Prime a seulement fait le choix d’enfoncer des portes ouvertes, ce qui est bien dommage.

Cependant, le fil rouge tel que proposé lors du début de la série, à savoir la chute des super-héros, n’avance pas tant que ça, et la situation à cet égard en est quasiment au même point au terme de la seconde que lors de la fin de la première saison. Stormfront est mise hors d’état de nuire, le Composant V est révélé au yeux du grand public, Homelander subit quelques affres, mais dans l’ensemble, les sup’ et Vought ont peu de soucis à se faire. Un coup d’accélérateur à cet égard aurait été bien sympa.

The boys a tout de même une production aux petits oignons

Les effets spéciaux ont été revus à la hausse dans cette seconde saison, aucun ne fait cheap et cela à l’avantage de nous plonger efficacement dans l’univers. D’autres séries proposant des super-héros (ou du moins des gens avec des pouvoirs) avaient fait le choix de ruser pour échapper au maximum à l’utilisation d’effets numériques, telles que Misfits (par ailleurs une œuvre grave cool), ou même The Witcher. Dans The Boys, ça brille, ça explose et ça lance des rayons à tout va. Notons aussi que la série est toujours particulièrement sanglante, mais reste moins dérangeante que le comic éponyme, qui lui, ne se refuse rien. Nulle doute que si la future série sur Le Seigneur des Anneaux orchestrée par Amazon Prime est au moins aussi travaillée, nous devrions passer un bon moment !

Au niveau des nouveaux arrivants, citons Giancarlo Esposito (Breaking Bad, The Mandalorian, Community, ses apparitions sur petits écrans ont explosé depuis son rôle de Gus Fring), aperçu en fin de saison une mais qui a un rôle plus important ici en tant que Stan Edgar, directeur de Vought, Aya Cash (You’re the Worst) qui interprète Stormfront pour son premier rôle d’action et Shawn Ashmore dans le – fugace – rôle de Lamplighter (qui jouait Iceberg dans la saga X-Men, alors qu’ici il contrôle le feu c’est rigolo). Un autre bémol, mais celui-ci est personnel, nous noterons l’absence de Simon Pegg dans le cast, lui qui prête ses traits à P’tit Hughie dans le comic.

En somme, si nous arrivons à faire la gymnastique mentale de séparer Amazon Prime d’Amazon tout court, qui est, vous le savez maintenant, à boycotter, nous ne pouvons que féliciter la plate-forme pour le rendu fidèle de la série par rapport au comic. Dommage seulement que l’action ait pris le pas sur le récit.

Rendez-vous à présent en 2021 pour la troisième partie de The Boys ! Un spin-off centré sur des super-héros adolescents a aussi été annoncé. Il aurait été bête de passer à côté de ce marché pas vrai ? Regardez comme cartonne Umbrella Academy alors que c’est même pas si bien que ça.

2 commentaires sur « The Boys S2 : de l’action oui, mais une histoire qui patine. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s