Enola Holmes : peu de Sherlock et trop de politique.

Enola Holmes reprend le scénario du premier tome de la série littéraire éponyme. L'idée est là mais les erreurs sont nombreuses.